ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE DU 26 JUIN 2019

Rapport moral du président

 

C’est notre 4e Assemblée générale. C’est en juin 2016 que nous nous sommes constitués en association pour exiger, face au projet très important que l’on nous impose, plus de concertation, plus de qualité, un « écoquartier » exemplaire.

Nous savions que nous n’allions pas bloquer, stopper cette opération très importante en volume de logements et en équipements.

Pourquoi en sommes-nous là sur notre quartier et sur l’ensemble de la ville ?

Le départ de l’entreprise Renault et de OTAN libère un énorme terrain.

En 2008 la réflexion au niveau régional sur le Grand Paris a fait ressortir la nécessité de réaliser 2 lignes de métro pour desservir la banlieue proche et lointaine, d’où le projet du Grand Paris Express qui nous concerne avec la ligne n°15 qui prévoit une gare sur les terrains de l’OTAN. Pour les autorités qui dit gare dit densité des constructions.

Autre point, le schéma Directeur Régional accepté par le Conseil Régional et l’Etat vers 2010 prévoit de freiner l’expansion de l’urbanisation en tache d’huile dans la banlieue lointaine et de densifier la première couronne.

Ceci a été confirmé dans le PLU (Plan Local d’Urbanisme) de Rueil en 2012 et le résultat est visible : des grues, des constructions partout en ville. Les droits à construire ont beaucoup changé. Un exemple : rue du 18 juin 1940 à l’emplacement de 2 pavillons il est possible aujourd’hui de construire 40 logements.

Notre Maire en tant que Président du Grand Paris n’est pas en mesure de s’opposer à ces directives. Si le Chef n’applique pas les directives où va-t-on !

Le protocole et les suites de ce document :

Il y a un an nous avons signé le protocole avec la mairie et SPL Rueil Aménagement qui annulait tous les recours en justice des signataires. Depuis, conformément aux engagements, le Conseil d’administration de l’association se réunit tous les 1er et 3e mercredi du mois à 19H à l’étage de la mini-mairie – place du 8 mai 1945.

Nous avons eu deux réunions de concertation avec Monsieur le Maire et son équipe, en décembre 2018 et en mars 2019 où nous échangions librement des informations.

Déplacer le marché. Concours d’architectes. Concertation :

Dans le protocole, il était prévu de modifier le schéma de la ZAC avec plus d’espaces verts et la possibilité pour la ville de présenter une partie du site dans le cadre du concours d’architectes « Réinventons la Métropole du Grand Paris ».

Pour le maire, l’idée de déplacer le marché des Godardes sur la place centrale de la ZAC était claire, et comme le concours concerne la place centrale, il fallait inscrire, dans le programme pour les architectes, la halle gourmande très à la mode, dans la halle de l’OTAN. Mais ces changements ne sont pas prévus dans le PLU pourtant révisé 2 mois avant.

D’où l’organisation rapide d’un sondage sur internet sur une dizaine de jours : êtes-vous pour ou contre ? Résultat : très peu de réponse car la population n’avait pas été informée, mais la concertation a eu lieu !

Pour notre part dans la halle de l’OTAN, il est prévu un théâtre et non une halle gourmande. C’est l’offre culturelle de ce nouveau grand quartier qui nous intéresse.

Dans un premier temps, nous avons demandé de visiter la halle de l’OTAN pour avoir une idée du volume et des possibilités d’aménagement dans ce lieu. Après notre visite et vu la grandeur de la halle, nous pensons qu’il y a place à plusieurs réalisations.

Alors nous écrivons aux 5 équipes d’architectes, choisies pour ce concours, pour leur préciser que nous voulons une offre culturelle riche et pas seulement une halle gourmande.

Suite à ces courriers, Monsieur le Maire nous rappelle que nous ne devons pas interférer dans ce concours car lui-même il réfléchit à un programme complet pour la halle et l’actuel marché.

Nous découvrons dans le Bulletin Municipal de Nanterre que la ville est engagée dans le concours « Réinventons la métropole » en proposant 2 sites et en organisant avec les populations concernées 2 réunions de concertation sur chaque site avec les équipes d’architectes. L’équipe municipale Rueilloise a un réel problème de concertation !

Espaces verts :

Le paysagiste nous a présenté son projet en mars dernier. Même si nous avons pu faire élargir le « parc traversant de 600 mètres », aller-retour nous apparaît monotone. Nous souhaitons, à partir du parc traversant, voir une série de cheminements agréables pour la promenade, et de pouvoir rejoindre à pieds d’autres quartiers ou espaces verts importants comme le Mont Valérien, le champ de course de St Cloud, le centre-ville ou autre. La réflexion se poursuit.

Circulation :

Depuis le début de notre action nous réclamons des études sérieuses de circulation mais à ce jour il n’y a rien de plus que ce qui se trouve dans l’étude d’impact qui précise que le flux bloque la place du 8 Mai 1945. Demain le 27 juin il est prévu une réunion sur ce sujet.

Nous n’avons pas attendu la municipalité pour discuter de ce problème avec les habitants les plus concernés. Nous avons des propositions concrètes à faire et nous pensons qu’il ne faut pas attendre l’arrivée de nouveaux habitants mais dès maintenant faire des expériences, notamment près de l’école Robespierre, pour assurer la sécurité et limiter la pollution.

Monsieur le Président de La Métropole du Grand Paris va créer dans quelques jours la Zone à Faibles Emissions (ZFE) qui limitera l’accès et l’utilisation des véhicules les plus polluants dans 79 communes dont Rueil.

Nous lui rappellerons que son futur « écoquartier » doit être exemplaire.

Chauffage :

Là aussi nous obtenons le minimum d’information, à savoir du chauffage avec comme énergie la Géothermie : selon Monsieur le Maire les experts sont confiants, il n’y a pas besoin de faire des sondages préparatoires.

Il s’agit d’un chauffage collectif, la chaufferie sera installée en face de la Paroisse Notre Dame de la compassion et elle fournira toute la ZAC (logements, commerces, bureaux, complexe sportif, école, la gare) soit 3000 équivalents logements. Pour que l’opération soit rentable pour le gestionnaire, il faudra 13000 équivalents logements, il faut donc rechercher des clients.

Pour nous la géothermie est une bonne solution mais nous craignons que cette solution n’aboutisse pas et qu’une solution biomasse à partir de bois, prévue au départ de la ZAC, écartée depuis car très polluante, nous soit imposée. Nous n’avons aucune certitude et les bâtiments actuellement en construction sont isolés au minimum : il faut bien que l’exploitant du chauffage y retrouve son compte.

Le Métro c’est pour quand ?

Nous lisons beaucoup d’informations non convergentes. Certains le prévoit encore pour 2025, d’autres comme notre Maire pour 2029 et le Président du Conseil Général pour 2037. Au mieux pendant 10 ans nous allons supporter cette situation que l’on nous impose.

Nous pensons rejoindre un mouvement qui s’organise le long du tracé, pour relancer les autorités et que l’on ne nous oublie pas.